Sélectionner une page
ReTold – « Pensées éternelles » de Camille Melo

ReTold – « Pensées éternelles » de Camille Melo

Nous vous proposons un nouveau format : ReTold. Une courte vidéo de quelques minutes, une personne interviewée. Un format simple pour changer du traditionnel ReName écrit !

Notre première cobaye, c’est Camille Melo. Elle a sorti en début juillet son dernier ouvrage, un recueil de poèmes en prose. Il s’intitule Pensées Éternelles, et est déjà disponible sur Amazon.

La particularité de l’ouvrage est qu’il est autoédité. Camille, en se confiant à nous, parle du monde de l’autoédition qui est accessible à tous et à toutes. Ses poèmes venus du fond du cœur pourront peut-être éveiller des passions !

Séance henné et manucure avec Make Me Up

Séance henné et manucure avec Make Me Up

Make Me Up, la grandissante association de bien-être et de beauté, a réussi à organiser un atelier de beauté des mains le vendredi 17 mai. Entre partiels et projets, l’équipe a pu en faire profiter les mains surexploitées des efreiens et efreiennes venus pour l’occasion.

L'atelier de Henné
Le stand de henné, organisé par Sajani

Nous avons réussi à glisser notre interview pendant un atelier de henné. Sajani, vice-présidente de Make Me Up, a fait d’une pierre deux coups. Elle et les autres membres nous ont fait part de leur contentement. Leur atelier de beauté des mains est un franc succès, et ça c’est grâce à l’investissement de tous leurs membres.

Pour l’instant, il y a eu relativement beaucoup de monde. Avant, on n’avait jamais de temps pour s’investir dans l’asso. Mais, maintenant qu’on a du temps pour réviser, on a pu s’organiser ça. Nous sommes contentes que la promotion de l’événement ait marché !

Sajani, vice-présidente
Le stand de manucure, organisé par Nina

L’asso qui ne chôme pas

Make Me Up a déjà organisé d’autres événements d’envergure depuis son arrivée en septembre. En octobre, l’équipe avait envahi l’école de zombies avec leur atelier de maquillage FX. En mars, ils ont organisé des séances d’ostéopathie en collaboration avec l’école Ostéobio. Nous avons même couvert l’événement pour l’édition de mars.

Le concept leur est venu d’une blague d’un ami, qui leur avait glissé l’idée de faire cet événement. « Si vous organisez un atelier de henné, c’est sûr que je viendrai » . Cécile était partante pour tenter le coup. Alexia, la présidente, a trouvé l’idée géniale. Nina savait faire les ongles. Ensemble, elles ont fait de la blague une réalité.

Les filles nous avouent que sur le moment, elles n’ont pas encore vu de garçon. Mais apparemment, elles attendent un certain gars qui leur avait promis de venir. « Disons que les garçons préfèrent le maquillage FX ! » , nous confie la présidente.

Le henné, la tradition asiatique à l’Efrei

Sajani était au stand du henné ce jour. C’est sa première fois, mais elle a pu s’entraîner avec sa grand mère avant. « Bon, j’étais petite à l’époque, mais je trouve que le résultat est pas dégeu ! » . Elle a, à sa gauche, une feuille qui recense une dizaine de dessins de henné qu’elle arrive à très bien reproduire. Une passante nous dit qu’elle est contente d’être passée.

Je suis super heureuse d’être venue ! J’adore le henné qu’elle m’a fait ! Pour moi ça représente beaucoup. C’est un dessin très sympa, c’est une photo sur Instagram, c’est une excuse pour ne pas bosser pendant la prochaine heure !

Une fille qui approuve l’idée
Sajani qui fait un henné
Sajani réalisant un henné

Le henné est réalisé avec de la pâte de henné, issu de la poudre d’une plante du Moyen-Orient. Les dessins, abstraits ou floraux, sont traditionnellement réalisés sur la main ou sur les pieds des filles. Sa représentation varie selon les cultures. Pour les indiennes et les sri-lankaises, on pratique le henné quelques jours avant la cérémonie d’un mariage.

La pâte de henné est presque 10 fois plus chère en France que quand elle est importée du Sri Lanka. Sajani a pu ramener son tube lors d’un voyage. Le produit, venu d’autres contrées spécialement pour l’occasion, est presque un produit de luxe en France.


L’atelier de beauté des mains des filles de Make Me Up est une idée géniale. Le genre d’idées qu’elles sont prêtes à recommencer. Même si le résultat est éphémère – les mains sont revenues comme avant en quelques jours – le concept est louable. Faire profiter les mains des passants pour quelques heures, voilà une idée qui fera de Make Me Up une association de renom !

Venez jouer avec Asian’Efrei à la Japan Expo

Venez jouer avec Asian’Efrei à la Japan Expo

Qui dit Asian’Efrei dit culture nipponne, et qui dit culture nipponne dit Japan Expo. Pour les 20 ans de l’incontournable exposition parisienne, l’asso efreienne de culture asiatique a initié, comme à son habitude, au jeu du Koï-Koï, ou こいこい pour les polyglottes.

Le jeu du Koï-Koï est, de très loin, similaire au jeux des 7 familles

Du 4 au 7 juillet, des membres de l’Asian’Efrei se sont donnés à cœur joie d’initier des passants au jeu traditionnel du Koï-Koï. Ces passants, ce sont les 250.000 visiteurs annuels de la Japan Expo. 20 ans déjà que l’événement d’ampleur nationale existe, initialement créé par l’association Epitanime de l’Epita. Une façon de montrer que la culture nipponne peut tisser tous les liens, même les plus saugrenus !

Le Koï-Koï est un jeu qui se pratique entre 2 joueurs avec les cartes de Hanafuda (merci Wikipedia). Il consiste à faire le plus gros score en récupérant les cartes sur la table et en faisant des combinaisons. Un jeu « quitte ou double » comme nous dit la présidente de l’asso, présente pour l’occasion.

C’est simple à apprendre, mais difficile à maîtriser. Personnellement, ça fait 4 ans que j’y joue donc j’arrive à y jouer correctement. Quand on débute c’est pas facile de connaître toutes les combinaisons et les astuces !

La présidente

Une initiation qui a du succès

Les 7-8 membres de l’association ont réussi à ramener pas mal de monde au stand X189, bien que la zone des jeux de société se trouve loin de l’entrée. Depuis une dizaine d’années, l’équipe répond présente pour la convention et tous les ans, elle organise… des initiations au Koï-Koï. Au point où certains habitués reviennent même chaque année !

On avait un peu de tout, des curieux qui passaient là et qui voulaient apprendre le jeu, des habitués qui voulaient participer au tournoi… Vraiment pas mal de monde est venu, notre stand était rempli toute la journée !

La présidente

Une recette inchangée

En plus d’un quizz de culture pop et traditionnelle, Asian’Efrei organise des concours quotidiens de Koï-Koï. 15 heures pétantes, 16 participants maximum, et le gagnant ou la gagnante remporte le jeu avec lequel il ou elle a joué !

Même si le jeu s’organise en 12 manches, on a préféré réduire ça à 3 par match sinon ça s’éternise. Personnellement, j’ai essayé de les faire, les douze manches… Mais ça nous a pris des heures !

La présidente

Hormis pour organiser les compétitions, où il fallait l’équipe au complet, les membres tournaient pour être au moins 5 sur place. En prenant leurs pauses, les autres pouvaient se balader dans le parc et ainsi découvrir ce salon mythique !

C’est avec la même énergie que l’équipe compte revenir l’année prochaine, afin d’initier de nouveaux passants à ce jeu complexe mais très populaire. « On ne compte pas changer la recette, mais si on pouvait un peu modifier la déco en ajoutant Wafuru (leur mascotte en panda, ndlr.), ça serait top ! »

4eSport : à la conquête des UE Masters

4eSport : à la conquête des UE Masters

Jeudi 20 juin, l’équipe de 4eSport accompagnée du service com de l’Efrei se rejoignent à Madrid au salon Gamergy pour les UE Masters 2019. Riot Games, l’éditeur de League of Legends, a convié pour la première fois la division des joueurs de LoL de l’asso pour les championnats étudiants européens.

Les joueurs français

© Efrei Paris

Une première pour la Grosse Ligue

C’est une histoire qui remonte quelques semaines avant, le 6 juin, lors de la 2e finale de la Grosse Ligue, première du genre dans le monde de League of Legends. Finale 100% online avec des équipes se côtoyant déjà, organisée par le Student Gaming Network.

On connaissait toutes les équipes, on savait à l’avance lesquelles il fallait redouter. On a eu de la chance au niveau du placement des matchs, mais on a quand même eu à affronter les plus grosses équipes de France !

Ils ont dû redoubler d’efforts, surtout face à CPE eSport, puis lors de la finale contre Boudindon d’UnivNantes. C’était la première édition du championnat à la française, qui se faisait représenter jusque-là dans une équipe d’Europe Centrale (Belgique, France…). 4eSport a eu l’honneur d’ouvrir le bal en se plaçant en haut du classement.

4eSport à Madrid

L’équipe à Madrid pour les University Esports Masters

Direction Madrid pour les UE Masters

Un peu moins de deux semaines d’entraînement, et les joueurs sont d’attaque pour la suite de leur ascension. Ils se retrouvent à Madrid le 20 juin pour la Gamergy 2019, un grand salon d’eSport à la Paris Games Week.

C’est un gros salon, avec plein de compétitions et de monde. Quand on y est c’est énorme, avec des scènes de partout. Y’avait des milliers de gens qui se baladaient entre les nombreuses compétitions, genre Fortnite ou CSGO.

Mais eux ne sont pas là pour errer sans but dans le centre. Leur objectif était tout tracé : remporter les européennes pour jouer la finale mondiale à Hong Kong.

Certaines équipes ne leurs étaient pas inconnues, ils ont pu s’affronter par le passé et tisser des amitiés. « L’ambiance générale en hors-jeu était très détendue » , nous confie le vice-président, qui s’occupe du pôle LoL et qui a organisé tout cet événement.

Les débuts étaient un peu compliqués, surtout en raison de nombreux problèmes qui ont retardé la première rencontre.

On a eu un peu de mal niveau technique au début, les PC étaient impossibles à jouer avec. Les organisateurs ont trouvé des solutions, on n’avait pas à se plaindre.

Une fois la scène parfaite, tout s’est passé très vite. « On a pu croiser du monde mais on avait peu de temps pour leur parler. Entre deux matchs, on a discuté avec les anglais, qui étaient très sympa » . Anglais qu’ils ont réussi à battre au premier round.

Le niveau était serré, le but étant de marquer le plus de points. « Personne n’a fait aucune défaite pendant le tournoi » , pointe le vice-président afin de montrer le niveau général.

Une compétition très serrée

L’euphorie restera quelques heures, jusqu’au lendemain où tout ne s’est pas passé comme prévu. D’abord les Pays-Bas, puis les autres finalistes, et enfin le match décisif contre le Portugal. Cette équipe, même s’ils n’étaient « pas vraiment chauds » , remporte 26-11 contre les français et s’impose comme gagnante des UE Masters 2019.

C’est pas de la chatte, on peut pas en avoir dans ce jeu. Ils ont réussi beaucoup d’actions au début de la partie, ont pu exploiter les erreurs des adversaires et ont gagné grâce à ça. Ils se sont beaucoup entraînés, bien joué à eux !

L’équipe de la péninsule est parvenue à battre la Belgique et l’Allemagne, deux équipes que les français redoutaient de base

Il y a eu des erreurs individuelles dans le collectif malgré notre préparation, on va travailler pour les réduire, on va travailler sur notre mental, et revenir plus forts l’année prochaine !

Malgré ces problèmes de coordination, les joueurs se sont retrouvés quelques jours ensemble en Espagne. Ils nous accordent que « c’était une belle expérience humaine » qui les a rapprochés. L’équipe a quand même pu visiter Madrid et faire des soirées.

Pour revenir aux UE Masters de l’année prochaine, ils vont « reformer l’équipe et se concentrer sur leurs points forts pour aller de l’avant » . Après avoir frôlé la victoire, peut-être gagneront-ils les prochains UE !

L'équipe portant le drapeau de l'Efrei

© Efrei Paris

Retrouvez la vidéo de l’événement tournée par l’équipe d’Efrei Vidéo Assos sur Youtube