Eliud Kipchoge, premier homme à courir un marathon en moins de 2 heures

VIENNE – Samedi 12 octobre, nous avons assisté à un exploit sans précédent dans l’histoire de l’athlétisme mondial. L’athlète kényan Eliud Kipchoge est devenu le premier athlète à franchir la barrière symbolique des 2 heures de course sur la distance d’un marathon (42,195 km) à Vienne.

Retour sur l’histoire de ce projet fou mené par Nike et Ineos.

Le projet Breaking2 de Nike

Kipchoge lors de Breaking2 à Monza, en Italie, le 6 mai 2017
Image : EPA

Nike s’est lancé depuis 2016 dans la quête de ce que l’on pensait alors encore impossible, c’est-à-dire réaliser un marathon en moins de 2 heures (plus de 21 km/h de moyenne).
Pour cela, ils ont décidé de faire appel à 3 marathoniens de très haut niveau pour leur projet nommé Breaking2 : le Kényan Eliud Kipchoge, champion olympique en titre du marathon à Rio (Brésil) en 2016 et champion du monde du 5 000m en 2003 à Paris, le quintuple champion du monde du semi-marathon érythréen, Zersenay Tadese ainsi que l’éthiopien Lelisa Desisa, récent champion du monde du marathon en 2019 à Doha (Qatar) ont ainsi été les 3 fers de lance de cette première tentative.

Eliud Kipchoge bute pour seulement 25 secondes

C’est sur le circuit de Monza en Italie, bien connu pour accueillir le Grand Prix d’Italie de Formule 1 depuis 1950 que ces athlètes ont été réunis pour essayer de se rapprocher le plus près possible des 2 heures de marathon. À cet instant, le record du monde du marathon était de 2 heures 2 minutes et 57 secondes, performance réalisée par Dennis Kimetto en 2014 et marquait la 6ème fois depuis 2003 qu’un record du monde a été battu lors du Marathon de Berlin, ville où le marathon est considéré comme le plus rapide du monde à l’heure actuelle.

« Cela marquerait l’histoire de l’humanité. Il ne s’agit pas de reconnaissance personnelle, mais de marquer l’histoire et de passer le message qu’il n’y a pas de limites pour l’homme. Courir le marathon le plus rapide de l’histoire en 2017 est le moment de ma carrière dont je suis le plus fier. »

Kipchoge lors de l’annonce du 1h59 Challenge.

Les 3 hommes avaient finalement échoué lors de ce premier essai avec une performance phénoménale du Kényan qui réalise le meilleur chrono en 2 heures et 25 secondes, à seulement 25 secondes donc de ce record historique.

« No human is limited »

Communion entre Eliud Kipchoge et le public viennois
Image : L.Foeger / REUTERS

Après cette tentative manquée pour 25 secondes, il a entre-temps amélioré le record du monde du marathon en 2 heures 1 minute et 39 secondes, encore une fois au Marathon de Berlin. Puis, le milliardaire britannique Jim Ratcliffe patron d’Ineos, qui a récemment racheté la superpuissance du cyclisme mondial des mains de la Sky ainsi que l’OGC Nice, a décidé de sponsoriser Eliud Kipchoge pour une seconde tentative en octobre 2019, le 1h59 Challenge.

Ils ont pour cela décidé de rechercher un climat plus adapté à la réalisation de la performance optimale pour dépasser la fameuse barrière des 2 heures et après des rumeurs sur la ville de Londres – un des marathons les plus rapides est couru dans la ville chaque année -, ils ont finalement choisi Vienne pour le 2ème essai de l’athlète kényan de par le tracé comprenant seulement 2m de dénivelé et une température parfaite pour ce record.

C’est donc en ce 12 octobre 2019 que le champion olympique du marathon a achevé un exploit sportif hors du commun en finissant les 42 kilomètres 195 du parcours en 1 heure 59 minutes et 40 secondes devant des dizaines de milliers de spectateurs venus en masse assister à cet accomplissement historique.

« J’espère avoir inspiré beaucoup de monde et avoir montré que l’être humain n’a pas de limites »

a déclaré le désormais premier homme à courir un marathon sous les 2 heures juste après la course.

Record non officialisé par l’IAAF

Eliud Kipchoge, premier homme sous les 2 heures en marathon
Image : L.Foeger / REUTERS

Alors que nous sommes dans une ère où l’humain cherche à dépasser les limites de ce que leurs ancêtres pensaient irréalisables, ce qu’a réalisé Kipchoge et son équipe est la concrétisation d’une ambition colossale dans l’histoire de l’athlétisme bien qu’il faille tout de même remettre en contexte les conditions de cet évènement.

Son temps ne sera pour autant pas homologué du fait qu’il ait bénéficié d’une assistance régulière de lièvres qui se sont relayés tous les 5 kilomètres rémunérés pour l’abriter du vent, lui offrir une aspiration tout au long du parcours et ainsi lui permettre de réaliser son chrono dans les conditions optimales.

Il n’est également pas possible de se faire ravitailler par des cyclistes pendant son effort pour valider son record contrairement aux stands de ravitaillement prévus à cet effet dans n’importe quel autre marathon.
De nombreuses voix se sont aussi élevées sur la présence de la voiture donnant le tempo juste devant eux avec le temps affiché, du fait qu’elle produirait une aspiration en plus aidant l’athlète à fournir moins d’efforts.

Nike, pionnier de l’innovation ou dopage technologique?

La préoccupation majeure des sceptiques reste la chaussure développée par Nike pour la course.
Lors de l’essai de Monza, les marathoniens étaient équipés du modèle ZoomX VaporFly Elite constitué d’une plaque de fibre de carbone, censé rapporter un avantage de 4% sur la performance.

À Vienne, Nike a développé une version revisitée de cette chaussure pour Kipchoge qui s’appellerait l’AlphaFly et offrirait jusque 6% de bénéfice sur l’efficacité et l’économie de la foulée des coureurs grâce à la présence désormais de 3 lames de fibre de carbone tandis que les lièvres bénéficiaient d’une version améliorée de la première, appelée désormais ZoomX VaporFly Next%.

« Avec tout le respect que j’ai pour Kipchoge – qui est clairement le meilleur marathonien de tous les temps – mais quand une marque insère trois plaques de carbone et un coussin entre celles-ci dans une chaussure ce n’est plus normal. C’est un ressort et un avantage évident pour quiconque portant cette chaussure »

Ryan Hall, ex-coureur de semi-marathon, premier américain à faire un semi-marathon en moins d’une heure, à la suite du record réalisé par le Kényan.

L’IAAF, la fédération internationale d’athlétisme a par ailleurs ouvert une enquête afin de déterminer si les chaussures VaporFly Next% et AlphaFly développées par Nike procurent ou non un avantage déloyal pour les athlètes de la marque par rapport aux autres qui ne possèdent pas ces chaussures.

Il ne faudrait pas cependant réduire la performance du kényan à la simple possession de ces chaussures personnalisées car ce sont avant tout ses caractéristiques physiques et mentales hors du commun – seulement 10 personnes courent un marathon sous les 2 heures et 5 minutes actuellement sur Terre – qui lui ont permis de réaliser ce temps que le commun des mortels n’atteindrait pas, même avec ces fameuses chaussures controversées.

Avec cette prouesse sportive historique, qui restera sûrement longtemps gravée dans les mémoires et annales de l’athlétisme, Kipchoge, INEOS et son équipementier à la virgule ont peut-être écrit en ce 12 octobre 2019, le début d’une nouvelle page de ce sport.
Il ne reste désormais que la confirmation de ce chrono en course officielle.

Laisser un commentaire