Le Grand Discours 2019 : 16 finalistes

Chloé et Nylda qui s'embrassent

Jeudi 13 juin, un peu avant 14h, le grand amphi se remplissait de tous les côtés. Quelques jours auparavant, l’ensemble de la promotion L2 reçoit un mail de Jean Soma : « Naturellement, vous devez être tous présents pour le Grand Discours 2019 » . C’était suffisant pour que presque 326 L2 aillent à ce rendez-vous, accompagnés d’un jury de cinq entreprises.

Le jury des entreprises

Cela fait trois générations que l’événement se répète. Beaucoup n’ont malheureusement pas pu faire cet exercice jusqu’au bout qui, dit-on, « prépare aux prises de parole qui ponctueront [notre] quotidien de cadre » . Ils ont quand même eu cette chance d’avoir à rédiger un discours de 5500 caractères qui dure 5 minutes « maximum » , tout ça la veille de la deadline car c’est la saison des partiels.

Un double prix pour les finalistes

Les gagnants et gagnantes sont néanmoins repartis avec de précieuses opportunités professionnelles. Non seulement ils pourront se vanter d’avoir gagné ce prix sur leurs profils Linkedin, mais ils pourront aussi étendre leurs réseaux en allant visiter les locaux des entreprises partenaires.

Ainsi, de la première du podium aux coups de cœur, les grands gagnants se verront infiltrer Doctolib, Fnac-Darty, la Société Générale, Agap 2 et enfin Devoteam.

Les coups de cœur

Ce sont Valentin Migdal, glorifiant un retour à la jeunesse, et Victor Taillieu et son éloge de l’échec qui partiront chez Devoteam et Agap 2 en tant que coups de cœur du jury.

Valentin nous partage cette vision positive qu’il a retrouvée dans son âme d’enfant. Il insiste : nous avons tous et toutes cette jeunesse qui sommeille en nous, que nous pouvons retrouver sous les gravats de la maturité.

L’adulte est quelqu’un qui a délaissé ses jouets et son esprit créatif. […] Quelqu’un qui aime se remémorer des souvenirs du passé, des souvenirs de son enfance. Mais, pourquoi a-t-il décidé d’être adulte si c’est pour constamment prendre cet air mélancolique ? Qu’a-t-il fait de cette âme d’enfant qui sommeillait en lui ?

Victor nous délivre tel un chef d’orchestre sa vision de l’échec. Il se veut être dans la peau de l’auteur d’un livre de bien-être. Relativisons nos déboires, ainsi nous pourrons envisager d’en tirer une leçon. C’est, selon lui, un mal à vivre pour obtenir la plus belle des réussites : celle que l’on mérite.

Certes, les succès sont agréables, mais ils sont beaucoup moins riches d’enseignement que les échecs. Ainsi, on ne perd jamais : soit on gagne, soit on apprend.

Le récit d’une vie prend la troisième place

S’en suit Louis Petit, programmé pour rendre visite à la salle des marchés de la Société Générale grâce à son récit poignant et teinté d’humour sur son combat de personne à mobilité réduite. De simples installations qui pourraient, de manière altruiste, permettre à chacun et chacune d’aller n’importe-où.

À vécu le temps où les personnes différentes étaient mises à l’écart. Aujourd’hui, nous sommes tous égaux en droits, et nous pouvons donc avoir les mêmes ambitions que les personnes valides.

Deux impressionnants discours en seconde position

En deuxième place, nous retrouvons deux personnes qui ont convaincu le public tant leurs discours étaient parlants. À commencer par Nylda Dadjio Djuka, nous ayant sensibilisé sur l’importance de la prise en charge des femmes victimes de violences sexistes. Un tableau réaliste de la condition féminine, qui, faute de moyens, peut difficilement s’en sortir lors de situations dangereuses.

Aujourd’hui, les femmes ne sont à l’abri nulle-part. Alors il faut éduquer, sensibiliser, interpeller. Certes, des dispositifs de prise en charge existent, mais les connaissez-vous ?

Nous retrouvons Daniil Rosso accompagnant Nylda à la deuxième place, qui nous fait l’éloge du patriotisme français. Sa nation dont il n’a pas honte d’en exprimer l’amour, et qui déplore celles et ceux n’ayant pas de reconnaissance pour leur patrie.

Rendez-lui sa fierté. Montrez à tous que l’amour est plus fort que la haine, et proclamez sans aucune honte : « Oui, je suis français, et non pour rien au monde je ne cesserai de l’être ». Vive la France !

Les deux pourront ainsi se rendre au site de Fnac Logistique à Massy.

La grande gagnante et son message flamboyant

Vient enfin Chloé Carayon, en tant que défenseur de la prise de parole des femmes sur les réseaux sociaux. Un discours honnête, qui nous illumine sur la condition actuelle de l’inégalité entre hommes et femmes et du meilleur moyen dont nous bénéficions aujourd’hui pour combattre ces injustices : internet.

Ainsi, Chloé passera une demi journée au sein de Doctolib, mais ne compte pas s’arrêter là. En compagnie de Nylda qui l’a soutenue jusqu’au bout, elles aimeraient continuer leurs combats en allant dans des écoles et des entreprises afin que leurs messages soient entendus par le plus grand nombre.

Aujourd’hui, à l’heure du numérique, à l’heure où des mouvements comme #MeToo ou #BalanceTonPorc ont vu le jour, internet permet de lever le voile sur de nombreux tabous. La roue change de camp, n’en déplaise à certains. […] Vous et moi, la plupart du temps nous sommes absents lors de violences faites aux femmes. Mais nous pouvons nous engager avec force du côté des victimes sur les réseaux sociaux.

Les autres finalistes et leur incroyable parcours

Les dix autres finalistes ont eu la sacré chance de pouvoir transmettre leurs messages à toute la promo. Ils ont pu mettre en valeurs leurs talents d’orateurs et d’oratrices le temps de 5 minutes, pour nous partager leurs visions des choses. Il s’agit de

  • Émile Benveniste, pour un plus grand soutien des projets de conquête spatiale
  • Antonin Boulnois, pour le sport comme moyen de réussir dans la vie
  • Hugo Butery, pour que les ingénieurs prennent conscience de leur rôle dans l’urgence climatique
  • Nicolas Cardoso, pour la préservation des forêts et sur l’importance des arbres
  • Josia Douniama Okana, pour un meilleur accompagnement des personnes surdouées
  • Guilhem Fourcaud, pour reconnaître l’hypocrisie comme une chose positive
  • Déborah Guénoun, sur son éloge des amitiés en ligne
  • Thomas Guillaume, pour des algorithmes qui soient conçus autour de l’éthique
  • Alexis Lebrun, sur l’ennui comme atout pour la productivité
  • Benjamin Mousseaux, contre le plastique que l’on retrouve trop souvent dans nos océans
Les finalistes devant la scène
Les finalistes du Grand Discours

Laisser un commentaire