Nous sommes allés voir Moussa Tambadou pour le DuoDay

Moussa Tambadou

16 mai 2019, l’Efrei participe à son premier DuoDay. L’école reçoit Moussa Tambadou — sportif de haut niveau et atteint d’hémiplégie du côté droit — et Louis Petit, atteint d’amyotrophie spinale, est reçu par le Ministère des Armées. Personnage très « simple » et franc, Moussa a accepté de nous faire de la place dans son agenda organisé avec M. Meunier. Pour l’occasion, nous nous sommes extirpés d’un projet web pour partir à sa rencontre.

Moussa Tambadou

C’est dans le monde du sport que Moussa Tambadou s’est retrouvé. Rugby, cheval, haltérophilie… Le sportif a baigné dedans dès son plus jeune âge, et a toujours voulu poursuivre cette passion.

« De base je voulais faire du sport dans ma vie. Pas forcément du championnat, mais vu que j’étais bon en sport et que j’en faisais souvent, je n’allais pas m’arrêter juste pour mes études. »

C’est alors qu’à 16 ans, on l’oblige à courir.

« On m’a forcé à faire de l’athlétisme ! Je voulais pas courir de base, mais on m’a dit ‘tu seras bon‘ donc j’ai commencé ma carrière avec ça. Puis je me suis mis à voyager un peu partout, et ma vocation est née. »

Le début d’une carrière

Au début, il voyageait un peu partout en France. Il faisait des stages dans des écoles. Puis pour son premier championnat d’Europe, il est parti aux Pays-Bas. Depuis, il enchaîne les compétitions. Ses journées, il les passe aujourd’hui à jongler entre entraînements et petit boulots.

« Moi dans ma vie je fais du sport mais aussi un peu de Uber le soir. Pas de Uber Eats hein, ceux-là ils veulent nous tuer *rires*. Les gens roulent comme des fous, normal qu’après les pizzas soient retournées ! »

Grand rêveur, la routine de Moussa débute l’après-midi et se termine la nuit. 

« La journée, je m’entraîne de 16h à 18h30 et vers 21h30 je commence Uber jusqu’à 3h en semaine et jusqu’à 6-7h à partir de jeudi. Les étudiants sortent le soir, y’a plus de demande. C’est surtout eux que je ramasse à ces heures-là. C’est aussi eux qui vomissent dans ma voiture et que je déteste le plus *rires* »

Moussa, un homme simple

Moussa Tambadou interviewé

« Si j’ai un rituel avant l’entraînement ? » La photographe rétorque : « Tu sais, le petit geste que certains font avant de courir. Y’avait un sauteur français qui faisait ça, un petit geste comme ça avant de courir ». Il répond, « Non, non, je reste dans la simplicité. Je vois de qui tu parles, mais c’est pas mon truc. Simple, simple, simple. Le plus simple possible, le mieux c’est. »

Moussa se veut sobre. Lors de ses compétitions, pas de temps pour les extravagances. Il le dit lui-même, il n’aime pas la clape. La simplicité est maîtresse dans son esprit, c’est comme ça qu’il garde sa concentration et réussit ses sprints.

« Ma prochaine compétition sera le championnat du monde. Il aura lieu à Dubai. Bon, je suis pas très fan de là-bas, c’est très faux. En plus il fait trop chaud, la nuit il fait 35 degrés ! »

Un mot pour les personnes handicapées

C’est le premier DuoDay pour lui et pour l’école. L’occasion de sortir les pâtisseries et le grand jeu. Pour lui, l’école est bien même s’il ne serait pas venu ici s’il l’avait connue avant. Sa vocation était toute tracée : le sport. C’est d’ailleurs ce qu’il conseille à tous et à toutes pour garder la tête sur les épaules.

« Même si Louis (l’élève parti au Ministère des Armées pour le DuoDay qu’il n’a malheureusement pas pu rencontrer, ndlr) ne peut pas énormément bouger, je lui conseille de faire du sport. Aujourd’hui, tout est adapté, y’a des gens qui peuvent même pas bouger et qui arrivent à faire n’importe-quoi !

Depuis la volonté d’adapter les équipements aux personnes handicapées, le sport s’est lui aussi adapté. C’est ce qu’on appelle les handisports, et la liste est de plus en plus longue.

Je connais quelqu’un, paralysé de la tête au pieds, qui peut même pas dire bonjour ni rien. Mais il a le permis et une voiture adaptée et avec ça il arrive à se débrouiller. Y’a aussi quelqu’un un peu pareil qui fait de la boccia (similaire à la pétanque pour les personnes en fauteuil, ndlr). On peut faire du sport, même si on est paralysé ! »

Pour lui, tout le monde devrait faire du sport. Qu’il soit compétitif ou non,  c’est la meilleure des choses. Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas en faire son métier ! De toute manière, on peut s’arrêter à tout moment.

« Oh, dans 10-15 ans je serai plus là ! Tu sais, j’ai 26 ans, et vers 30 ans c’est là où on s’arrête. Pour l’instant, je vais à Tokyo pour les JO de 2020, après je vais voir selon mes sponsors et mon business. Si j’arrive à m’en sortir financièrement, je m’arrêterai là-bas. »

Tambadou Moussa
Tambadou Moussa, photo prise par Florent Pervill pour handisport.org

Laisser un commentaire