Sélectionner une page
Convois EAH : Les membres racontent leurs convois au Cameroun

Convois EAH : Les membres racontent leurs convois au Cameroun

Ils sont partis au Cameroun du 13 au 22 février. Ils racontent même avoir pleuré à la fin de leurs convois humanitaires, marqués par une expérience humaine commune. Nous avons rencontré trois membres de EAH, Efrei Aides Humanitaires, pour qu’ils racontent leur expérience au Sénégal.

Nota bene : ces articles sur les convois de EAH ont été présentés dans les projets des numéros 117 et 118.

Vincent Dairien et Emna Touihri sont partis au Cameroun. Le convoi humanitaire organisé par Efrei Aides Humanitaires (EAH) dans le pays longé par un fleuve s’est déroulé du 13 au 22 février. Leur objectif ? Apporter des ordinateurs fonctionnels à des collèges et des lycées, afin de réduire la fracture numérique.

Emna Touihri

Vous êtes partis où au Cameroun ?

On est allés dans un village du nom de Bayangam, dans l’ouest.

Quelle a été ta réaction quand on t’a annoncé que tu allais au Cameroun ?

J’étais très contente, c’est une nouvelle que j’attendais depuis longtemps !

Emna portant un enfant © EAH

C’est une expérience que je voulais vivre depuis des années, pas forcément avec EAH. En 2016 j’ai commencé mes recherches, mais en 2017 quand j’ai été prise, je n’ai pas pu y aller à cause de problèmes personnels. Quand j’ai été prise avec EAH, c’était comme un rêve qui s’est concrétisé.

Pourquoi le Cameroun et pas le Sénégal ?

J’ai pas forcément choisi le Cameroun, c’est plus le bureau qui a choisi pour moi. Mais pour moi, peu importe le pays dans le monde, c’est la même raison pour laquelle je candidate, de visiter un pays dont on ne parle pas et rendre un service qui représente beaucoup.

À LIRE AUSSI : Convois EAH : Les membres racontent leurs convois au Sénégal

T’as pu aider à la préparation du voyage ?

J’ai aidé à mettre en place les palettes, l’installation des OS. Par contre, pour l’envoi des palettes, je n’ai pas pu venir car je devais renouveler mon passeport. Mais j’ai été mise au courant de tout. Au total, on a pu ramener 26 ordinateurs, dont un qui ne marchait pas.

Vous les avez installés où ?

Dans un lycée technique, qui a des filières préparant les élèves directement au monde du travail. Il a presque 1000 élèves et une petite salle informatique d’ordinateurs sous Windows XP. Ils avaient 8Go de RAM et Windows 10. Ils étaient très, très contents et reconnaissants.

Comment sont les gens là-bas ?

Ils sont très chaleureux, bienveillants, et savent très bien s’exprimer.

Vous avez été accueillis ?

On était très bien accueillis et accompagnés. On a eu la chance de devenir amis avec le directeur de l’hôtel dans lequel on était. Emmanuel, un lycéen qui nous accompagnait, le connaissait. On a eu la chance de côtoyer et apprendre des gens locaux.

Vous avez pu voyager ?

On a travaillé du lundi au vendredi. Le weekend, le lycée est fermé donc on a pu visiter les alentours. Notre chauffeur et Emmanuel
nous ont accompagnés. On a pu échanger et comprendre des choses sur la vie au Cameroun.

L’équipe du Cameroun © EAH

On a donc visité les grottes de Fovu, qui sont sacrées. On a visité une ville, Bafoussam, avec la chefferie du village. Chaque village a son chef, et on a pu le voir avec une de ses femmes. On a enfin vu les chutes de la Métché, liées au colonialisme français.

C’est pour ça qu’ils parlent français ?

Oui. Ils ont une culture francophone. Même leurs prénoms sonnent français, comme Damien, Emmanuel, Théo, Nestor, Apollinaire…

Vous avez donné des formations ?

C’était pas prévu, mais on est arrivés en période d’examens. Du coup, on a pu faire des formations pendant 2-3 jours, puis on a visité la maternelle, la primaire et un orphelinat. Même les directeurs n’ont pas d’ordinateurs. Ils font tout sur papier. On a amené des livres à la bibliothèque du lycée, des chouettes Efrei et des stylos aux élèves. Pour eux, c’est énorme.

On a fait des formations aux lycéens, pour le personnel sur le nouveau matériel, des activités avec les écoles et fait des dons pour un centre de soin. On a aussi donné des ballons de foot pour des équipes car là-bas, c’est toute une culture. Même les filles ont leur équipe !

Tu penses quoi de leur équipe féminine en comparaison avec la France qui a du mal avec le football féminin ?

Pour eux, le foot c’est sacré. C’est leur activité pendant la récréation, elles n’ont pas d’autre moyen pour jouer entre elles. Elles n’ont pas de téléphone ni internet pour se distraire.

Comment fonctionneront les PC alors ?

Le réseau fonctionne sous la 4G d’Orange, donc c’est impossible pour un lycée de payer ça. Ils ont 2300€ de budget par an, ce qui reste extrêmement faible pour 1000 étudiants. Leurs ateliers d’électronique et de menuiserie n’ont rien, si ce n’est un toit et 4 murs.

L’équipe du Cameroun © EAH

Tu penses que le Cameroun se développe à ce niveau ?

On ne peut pas juger car on était dans un village. Ils n’ont pas le concept des majuscules et minuscules sur un clavier, tandis que le monde avance avec l’intelligence artificielle. Il y a beaucoup d’écart, mais ils sont très motivés pour avancer.

Tu recommandes ce convoi ?

Oui. Ça nous permet de nous remettre en question, de découvrir l’autre, d’échanger et de se sentir utile. Ça permet de réduire l’écart entre nos deux mondes. C’est une expérience à faire au moins une fois dans la vie !

Vincent Dairien

C’était pas trop dur le retour ?

On est rentré ce lundi 24 (L’interview a été réalisé le 27 février 2020, ndlr.). Le voyage retour était un peu long, on a fait 6h de bus ce dimanche matin, on a pris l’avion à 23h, on est arrivé à 6h, on a repris l’avion à 14h pour arriver ici vers 18h.

C’était aussi épuisant votre semaine ?

Non. Le convoi était bien organisé, on avait juste le planning en tête. On avait des contacts sur place pour les logements et les transports. On a eu zéro souci, aucun sentiment d’insécurité.

Quelle était votre mission ?

On a ramené 26 PC dont un qui ne marchait pas (avec un écran), on en a donné un à notre contact sur place pour le remercier. Les 24 derniers on les a installés dans la salle qu’ils avaient préparés. Ils ont fait les tables et les multiprises eux-mêmes même si c’est pas très safe.

Pourquoi le Cameroun ?

Le pays m’intéressait, donc j’ai directement eu envie d’y aller. Le pays est très beau même si c’était la saison sèche et qu’il y avait un brouillard de sable constant. Mais le paysage, la nourriture, les gens, tout ça est super.

Vu qu’on était dans des terres reculées, on était plus en sécurité par rapport à Douala. Je suis parti avec Damien, le président d’EAH et Lou Gendron, qui sont dans ma promo.

Vincent donne un sac Efrei © EAH

Tu as aidé à préparer le voyage ?

Je me suis chargé de la préparation des PC, on s’y est pris bien en avance. La majorité d’entre eux viennent de l’Efrei, ce qui est assez rare car d’habitude on fait appel à des entreprises. On les a tous testés, la casse, l’humidité, des HDD sur lesquels on pouvait installer un OS (par exemple, certains PC avaient Mac installé dessus).

Comment sont les gens ?

Super accueillants, vraiment ravis de nous voir. Les enfants nous appelaient “les blancs”. C’était pas au point de nous gratter la peau comme au Sénégal, ils étaient un peu plus timides, mais restaient super chaleureux. La femme du chef, la directrice de l’orphelinat, le directeur du lycée, le gérant de l’hôtel, les enfants… Tout le monde était super accueillant ! Vu qu’on a apporté 4x leur budget annuel en PC, tout le monde venait nous aider, à démêler les fils, à apporter les tours…

Comment se sont passé les formations ?

Vu qu’on avait 13 claviers pour 24 ordis, il y avait 2, 3 voire 4 personnes par PC. Ils étaient tous très attentifs. Ils avaient aussi quelques vieilles machines avec les ports clavier et souris d’avant 2005.

Il y en avait donc certains qui avaient des notions, d’autres ne savaient pas utiliser une souris. On leur apprenait des raccourcis, comment écrire, les plus jeunes voulaient jouer sur Paint… Pour eux c’est important.

Pour toi, c’est un “convoi” ou un “voyage” humanitaire ?

La limite est assez floue dans notre cas. On fait un convoi humanitaire mais on a pu découvrir le pays et la culture. C’est aussi politique car pour eux, des étudiants français venus apporter leur aide, ils veulent que ça se renouvelle. Ce sera le cas.

Du coup, on a été invités chez le maire, on a eu des discours à faire, pour qu’on ait envie de revenir. D’autant plus qu’on est arrivés pendant la semaine des examens, on n’avait que le mardi pour faire les formations, sachant qu’on devait installer les PC lundi.

Que t’a apporté ce voyage ?

C’était très instructif, une très bonne expérience. On découvre le climat, l’environnement, la vie sur place. C’est un peu cliché de dire qu’ils ont rien et nous on donne tout, mais c’était un peu vrai. On prévoit déjà de revenir, car y aller une fois pour ne pas développer le reste, ça sert à rien.

L’équipe du Cameroun © EAH

C’est un de mes meilleurs voyages, une des meilleures expériences, et je sais que ça a eu un impact. Je suis en M2, je vais faire mon stage, et je compte faire un mois de mission solidaire à la fin.

On a un projet avec EAH, Planète Urgence, qui pourrait organiser une mission de un mois pour la SWIM. Pourquoi pas faire une mission en Asie Centrale ou en Amérique du Sud.

Est-ce que tu recommandes ce voyage malgré le fait qu’il t’ait énormément épuisé ?

C’est beaucoup d’organisation notamment car je suis du bureau et que je me suis occupé de la préparation, surtout en M2. Le voyage est fatiguant, mais on kiffe tellement qu’on s’en fiche.

Je le recommande fortement car ça fait ouvrir les yeux, on crée des liens. On était 5 au lieu de 8 car on a eu des soucis, mais au moins on était plus soudés. On a pu dîner avec la personne de Villejuif qui nous a aidé avec ce convoi.

Les conditions d’hygiène et de santé ne sont pas pareilles qu’en France. On doit faire des vaccins comme la méningite, la fièvre jaune, l’hépatite A et B, qui coûtent assez cher. Mais malgré tout, il faut le faire, c’est une expérience unique qu’on ne peut pas vivre en France.

Offres étudiantes – GitHub pour les développeurs en herbe

Offres étudiantes – GitHub pour les développeurs en herbe

En tant qu’étudiant.e à Efrei Paris, tu as droit à de nombreux services à prix réduits ou même gratuits. Nous avons voulu te présenter un éventail de ce à quoi tu peux avoir accès, tout au long d’une série d’articles. GitHub est devenu une, si ce n’est l’unique plateforme majeure pour les développeurs. C’est pourquoi être étudiant.e te permet d’avoir certains avantages.

107 offres. C’est ce que propose le pack GitHub Student Developer à tout étudiant demandant à en bénéficier. Une ribambelle d’offres qui méritent le détour.

À commencer par GitHub Pro, disponible tout au long de ta scolarité. L’offre, en plus d’insérer un tag « Pro » sur ton profil, permet d’augmenter la taille des packages et d’avoir plusieurs options en plus pour le développement. Bien que GitHub Free permet la majorité des cas d’usages, la version pro offerte n’est pas de refus.

De nombreux autres services sont aussi inclus dans le pack, comme Amazon Web Services Educate, qui propose 100$ de services cloud, de formations et de ressources. Les services cloud de Microsoft Azure sont également disponibles, pour une offre équivalente.

L’offre de JetBrains est aussi accessible à partir de ce pack. Une autre manière de bénéficier de leurs superbes outils de développement.

Pour les plus créatifs.ves, 1 an d’abonnement à Canva Pro est inclus avec GitHub. Très pratique pour concevoir de belles publications, stories ou documents sur n’importe-quel appareil.

Les intéressé.es du développement web ne seront pas en reste, car les hébergeurs NameCheap, DigitalOcean et Name.com ont des offres avec le pack. Plus aucune excuse pour ne pas utiliser HTTPS sur son site !

Celles et ceux ayant du mal avec les git clone, git add -A ou git commit -m seront ravis, car GitKraken et GitHub Desktop sont disponibles pendant toute ta scolarité.

Les développeurs les plus hardcore pourront aussi essayer les services de MongoDB, Bootstrap Studio, Unity Pro, Kodika, Arduino, Dashlane, Algolia et bien d’autres. Pour découvrir tous les services que couvrent le Student Developer Pack de GitHub, et comment bénéficier de ces offres, rendez-vous sur la page dédiée !

Les weekends d’initiation au parachutisme d’EFREI Para

Les weekends d’initiation au parachutisme d’EFREI Para

Le weekend du 3 octobre 2020, EFREI Para organisera un weekend d’initiation au parachutisme. Ces weekends ont lieu plusieurs fois par an et permettent à nombreux amateurs de s’initier au grand saut.

Un weekend d’initiation au parachutisme à la frontière franco-belge, ça vous tente ? C’est ce que propose EFREI Para aux étudiant.es voulant faire leur premier saut en parachute. Un weekend d’exception à Maubeuge, que vous n’êtes pas prêt.es d’oublier !

N’oubliez pas votre parachute !

L’expérience commence dès l’inscription, quand les sauteurs doivent s’enregistrer auprès de l’ASPU pour leur saut. L’ASPU, Association Sportive de Parachutisme Universitaire, s’ouvre principalement aux étudiant.es de région parisienne voulant découvrir le parachutisme. EFREI Para est partenaire avec l’association, et propose ainsi de nombreux weekends d’initiation dans l’année.

Pour l’inscription, préparez votre checklist : un certificat médical, 190€ (les prix peuvent changer), éventuellement une tente pour pousser l’expérience encore plus loin, et c’est tout.

Derrière ce prix se cachent le premier saut, la licence découverte, la formation, le logement ainsi que la nourriture.

Formation sur le vent face au parachute
Formation donnée par l’ASPU © Sébastien Andréa pour EFREI Para

La formation est bien encadrée, en disent celles et ceux qui ont participé à l’initiation. Les techniques de vol, le parachute de secours, des simulations de cas extrêmes, tout est passé au peigne fin, ce qui permet de rassurer un maximum les parachutistes.

Une fois sur place, place au grand vol. L’équipe embarque dans un avion et se prépare à sauter, du moins pour celles et ceux qui ne prennent pas peur avant la minute fatidique.

Les inscriptions pour le weekend d’initiation du 3 octobre 2020 sont ouvertes à ce lien complètes. La saison reprend en mars 2021.

Ils n’ont pas eu froid aux yeux

Mélissa, trésorière d’EFREI Para et Simon, parachutiste occasionnel, nous racontent leurs baptêmes. Le weekend d’initiation de Mélissa remonte à mai 2019 et celui de Simon en juillet de la même année.

Mélissa avec son parachute
Mélissa Coivous © Sébastien Andréa pour EFREI Para

« Je n’avais jamais fait de parachutisme, pas même en tandem » nous avoue Mélissa. « Au début j’avais un peu peur car on saute quand-même d’un avion. Je n’avais pas spécialement d’a priori, je voulais juste essayer pour savoir si le parachutisme me plaisait. »

Elle reconnaît qu’elle a toujours voulu faire du parachutisme, et l’occasion s’est présentée à elle, bras grands ouverts. « Quand on est dans l’avion, c’est assez stressant. On était 6 dedans avec la monitrice, et quand elle m’a dit de sauter, je n’ai pas plus réfléchi et j’ai sauté. »

Même chose pour Simon, qui a trouvé en EFREI Para un moyen d’accéder facilement au parachutisme. « À 1200m du sol, c’est très déstabilisant. J’étais le 2e à sauter, les personnes les plus lourdes sautant en premier. »

« J’étais la dernière à sauter, et voir les autres tomber c’est inquiétant » nous dit Mélissa. De toutes façons, le parachute se déploie automatiquement, donc aucun risque de s’écraser. « Une fois que la voile était dépliée, une personne au sol nous parle par radio. »

Laurent à la radio © EFREI Para

Simon a lui un peu pris peur. « Je suis passé à quelques centaines de mètres d’une piste d’avion, mais grâce à la formation, j’ai su comment réagir. Même si le parachute sort tout seul, il faut quand-même régler 2-3 trucs, et ça on y était préparés ».

Simon Teixeira © EFREI Para

D’après eux, le vertige ne s’applique pas quand on est en vol. Aucune sensation de chute libre dans ce cas.

Aucun regret pour les deux. « On se sent vraiment libres, on est au calme et tout se passe vraiment très bien. Non, aucun regret pour ma part » nous affirme Mélissa. Quant à Simon, lui, voudrait recommencer. « J’aime beaucoup le parachute. Pour les gens qui hésitent encore, c’est un bon moyen de se lancer ! »

« Il faut que tout le monde puisse tester le parachutisme, mais celles et ceux qui ont vraiment peur de sauter ou de l’avion ne devraient pas se forcer » admet Mélissa. « Tant que ça peut apporter un bon souvenir, c’est le principal ».

Après l’effort, de nouveau l’effort

En 2018-2019, EFREI Para a enregistré 8 weekends d’initiation, ce nombre ayant été largement réduit en raison du confinement. Cependant, l’équipe espère faire voler un maximum d’étudiant.es cette année.

Attention, un vol en parachute peut en cacher d’autres ! Presque tous les weekends, de mars à octobre, il est possible pour les étudiant.es de voler à nouveau. Une fois cette initiation faite, vous pouvez prendre des stages d’un weekend, de 4 jours voire d’une semaine. De quoi lancer des vocations !

EFREI Para est un excellent moyen pour découvrir le parachutisme, que ce soit en saut d’avion via notre partenaire l’ASPU ou en intérieur à la soufflerie d’Argenteuil, Aérokart. De plus, afin de rendre ce sport accessible au plus grand nombre, le club sponsorise une dizaine de licences fédérales par an (en 2019, 10 étudiants ont pu profiter de cette aide).

Le mot du président d’EFREI Para, Alexandre PARÈS

Messenger d’EFREI Para :
m.me/efreipara
Instagram
https://www.instagram.com/efreipara
Mail
efrei-para@groupe-efrei.net

Offres étudiantes – Streaming de musique

Offres étudiantes – Streaming de musique

En tant qu’étudiant.e à Efrei Paris, tu as droit à de nombreux services à prix réduits ou même gratuits. Nous avons voulu te présenter un éventail de ce à quoi tu peux avoir accès, tout au long d’une série d’articles. Si tu as un abonnement Spotify, SoundCloud, Apple Music ou autre service de streaming, tu peux potentiellement diviser par 2 tes frais.

Ta carte étudiante renferme bien plus de promos que tu puisses imaginer. Parmi ces réductions, tu as droit à pas mal d’abonnements de streaming à prix réduit. Nous les avons recensé pour que tu puisses profiter de ta musique à prix étudiant.

Streaming avec Spotify

Le géant suédois, né en 2008, a su détrôner le marché du piratage. Android, iOS, Windows, Mac, Debian, web, Xbox, Google Home, Last.fm, Dice ou même certaines voitures… Par son expérience, Spotify s’intègre partout. Il est un allié de choix pour tes soirées intensives quand YouTube ne suffit plus.

Le service est disponible à 5€ par mois au lieu de 10€ pour les étudiant.es, comme de nombreux autres services de streaming. Le formulaire d’inscription est disponible à ce lien.

L’alternative Deezer

Si tu préfères le mode clair et le Made in France, tu peux opter pour Deezer. Pareil que pour Spotify, le service est disponible à 5€ par mois. Le formulaire d’inscription est disponible à ce lien.

Les autres services (mais pas des moindres)

Ni Spotify ni Deezer te plaît ? Pas de souci, il existe de nombreux autres services de streaming à prix étudiant !

Toujours pas trouvé ton bonheur ? Il existe plein d’autres services proposant des offres étudiantes, une simple recherche Google t’éclairera davantage.

Autrement, si tu as un VPN, tu peux contourner le système et essayer des forfaits premium internationaux pour un coût moindre. Par exemple, Youtube Premium en Inde est disponible à 1,5€ par mois ! Et en prime, tu peux le faire avec ta carte bancaire française.

Offres étudiantes – Coursera

Offres étudiantes – Coursera

En tant qu’étudiant.e à Efrei Paris, tu as droit à de nombreux services à prix réduits ou même gratuits. Nous avons voulu te présenter un éventail de ce à quoi tu peux avoir accès, tout au long d’une série d’articles. Cet article est dédié à Coursera, un site internet proposant des formations gratuitement aux étudiant.es.

Basée à Mountain View aux côtés de Google, Mozilla et LinkedIn, Coursera est une entreprise spécialisée dans les formations à destination de particuliers. En tant qu’étudiant.e d’Efrei Paris, tu as droit d’accéder à leurs formations sans frais supplémentaire.

Le site est lancé en 2012 et est disponible en tant qu’application mobile. Avec plus de 400 spécialisations et 3800 cours, tu es sûr.e de trouver ton bonheur et occuper ton temps libre avec des cours proposés par plus de 200 grandes universités et entreprises.

S’inscrire à Coursera, plus qu’un investissement de temps

Que ce soit en Data science, en Machine learning, en Blockchain, en économie, en marketing, en législation et j’en passe, Coursera propose énormément de cours en lien avec nos études. Et ça peut être un point décisif dans ta carrière, car plus de 87% de leurs étudiant.es annoncent avoir eu des avantages professionnels après avoir suivi ces cours.

Leurs formations sont similaires à celles proposées par le (très) local OpenClassrooms, à l’exception près que les certificats ne sont pas payants. Tu pourras ainsi te vanter d’avoir suivi un cours de culture chinoise ou sur la philosophie relativiste sur ton LinkedIn !

Une invitation en interne pour s’inscrire au programme donnait une deadline jusqu’au 29 avril 2020 pour s’inscrire. Si tu n’as pas pu t’inscrire à temps ou que tu hésitais, tu as décidément de la chance ! En effet, jusqu’au 31 juillet, les étudiant.es peuvent s’inscrire au programme spécial confinement et prendre des formations gratuitement. C’est la même chose que ce que proposait l’école, mais sans passer par l’école.